Raccourcis

Le District

Site du District 1750 du Rotary Club
Rotary 1750
Espace membre - Se connecter

La méthode Makaton

Lundi 23 novembre 2015


Ludivine Patarin est Professeur des écoles spécialisée, enseignante à l’ULIS de l’école de la colombière auprès d’une classe de 9 enfants avec handicap moteurs, troubles dyspraxiques et handicap associé.
Mes enfants, de 3 à 6 ans, sont scolarisés en classe spécialisée avec aussi des inclusions individuelle ou par 2 ou 3 dans une classe dite normale pour des activités qui leur plaisent. Je pratique l’inclusion inversée avec des enfants venant partager des moments de jeux dans la classe spécialisée avec initiation aux méthodes de communication utilisée. Les enfants s’expriment parfois sans langage oral, parfois ils ont des difficultés de compréhension du langage oral. Leurs mouvements sont mal maitrisés. Notre objectif est de favoriser l’apprentissage, l’adaptation et l’insertion sociale. Le premier objectif de toute l’équipe multidisciplinaire est de développer leur communication.
Le MAKATHON est un langage multi modale développé en 1973 par margaret Walker, à partir de la langue des signes simplifié.
Il consiste à produire des signes, associé à la parole, que l’enfant reproduit pour acquérir un vocabulaire commun. Toutes les expressions du visage sont utilisées pour communiquer, la musique également parfois avec l’aide d’une musicothérapeute. L’apprentissage est progressif, d’abord un mot, puis on associe un verbe avant de créer une phrase complète. Le programme makathon est structuré en 8 niveaux, avec une adaptation à chaque apprenant. Il est utilisé pour les enfants comme pour les adultes qui souffrent de troubles du langage, de polyhandicaps, de troubles neurologiques.
Etablir une communication de base permet de lever les frustrations, de sociabiliser l’enfant dans son environnement familial et scolaire. Nous avons découvert de manière fortuite la méthode avec l’arrivée d’un petit garçon, Louis et avons vu que ça intéressait les autres enfants. Sans réelle formation, nous l’essayons depuis 4 années et les résultats nous ont surpris. Je n’ai pas eu d’échec à ce jour, même avec un enfant lourdement handicapé. Après plusieurs années, il a commencé à communiquer sur quelques besoins de base. Pour former la famille, nous développons des ateliers en communs.
A l’arrivée de chaque nouvel enfant, nous faisons un bilan et on essaie d’appréhender leur potentiel. Contrairement au braille ou à la LSF, la méthode n’est pas encore intégrée dans l’éducation nationale qui ne donne aucune subvention pour la formation Makathon.

Patick GOUDOT
Rotary Dijon Ducs de Bourgogne



Crédits : www.site-rotary.fr : création site Internet Rotary Club © 2018